Contactez-nous : +33(0)6.30.67.98.10

Rencontre avec Fabrice Micheau, expert et coach, lui-même détecté surdoué au milieu des années 2000.

 

 

En France, on parle de « douance intellectuelle » à partir d’un quotient intellectuel de 130 sur l’échelle de Weschler. Cela correspond à environ 2% de la population hexagonale, selon les chiffres officiels.

 

Alors comment se caractérise un « haut potentiel intellectuel » en entreprise ? 🔎

Un surdoué qui ne le sait pas, c’est « non-assistance à personne en danger » pour moi, et c’est un bandeau sur les yeux, dans le noir, dans la jungle, parfois.

 

Bonjour, je m’appelle Fabrice, je viens de Bordeaux. J’ai un peu plus de 50 ans. J’ai créé la première organisation de coaching en France en 1994.

 

Je me suis aussi spécialisé sur les adultes surdoués et je suis également surdoué.

 

1 - Comment as-tu été détecté Haut Potentiel Intellectuel ?

Dans ma vie, j’étais perdu. Je n’étais pas là, j’étais un peu comme un autiste, je ne comprenais pas les gens. J’étais exclu, dans ma bulle

 

J’ai été détecté, je ne sais plus très bien, en 2004 ou 2005. En fait, c’est une personne – je la remercierai toujours – qui est venue me voir et qui m’a dit : « T’es surdoué ». Je lui ai dit :

 

« Arrête tes conneries, si c’était le cas, je n’aurais pas les emmerdements que j’ai dans les modes relationnels ». 

 

Après, elle m’a expliqué ce que ça voulait dire, et je lui ai dit que je n’avais pas de doutes. Donc j’avais déjà des capacités étranges, mais en gros, j’ai lâché les chiens, j’ai tendu les ailes. 

 

Évidemment, j’aurais préféré être détecté plus tôt. Je n’aurais pas eu la même vie, ça m’aurait économisé un divorce. Sauf que je n’avais pas les explications pour expliquer mes comportements étranges et bizarres, à tout voir, tout comprendre, scanner les cerveaux … Dans une maison, je vois tout ce qu’il y a. C’est embêtant dans la vie de tous les jours.

 

2 - Qu’est-ce que l’HPI ?

 

Les surdoués ne savent pas qu’ils ont une frontale avec de la lumière, et que quand ils vont quelque part, ils posent les questions qu’il ne faut pas poser. Le problème, c’est qu’ils sont en décalage dans les comportements, dans les codes sociaux, dans les implicites relationnels. Ça caractérise une population qui peut soit se déployer de manière reconnue avec les clichés qu’on voit à la télé, soit qui n’arrive pas à se déployer et qui va être dans une situation beaucoup plus complexe où la société ne va pas leur permettre facilement de grandir

 

Parce que ce sont des fonctionnements cognitifs différents. 

 

De considérer que les autres sont trop lents, ne comprennent pas tout, ne sont pas assez rapides... au risque d’être maltraitant par rapport aux autres, d’être extrêmement exigeant, perfectionniste, binaire, d’avoir des hypersensibilités sur le bruit, sur la lumière, sur les odeurs. 

 

Il va être chiant, il va être rapide, il va être clinique. Les surdoués veulent comprendre, mais tout le monde s’en fout. En entreprise, il veut de l’amélioration continue, tout le monde s’en fout. Il pense que les autres vont être sympas, et ça tout le monde s’en fout aussi. Il pense que quand quelqu’un dit quelque chose, il va le faire, mais ça, tout le monde s’en fout. Il est engagé, tout le monde s’en fout, en plus il couine… et tout le monde s’en fout.

 

Ce que je dis souvent, c’est que les surdoués sont des centrales nucléaires avec des cœurs de réacteurs.

 

3 - L’avantage des personnes surdouées en entreprise ?

 

Il y a des surdoués partout : à l’accueil, au secrétariat, dans les réserves, il y a des surdoués qui font caissière.

 

Dans les entreprises, plus on monte dans les niveaux de direction, de complexité de management, plus il y a des surdoués.

 

Très souvent, ils font le boulot de 2 ou de 3.

 

Ce que je dis souvent aux entreprises, c’est : « Vous avez une situation bien pourrie avec un joli bordel, mettez un surdoué, payez-le, ne le plantez pas, et ça va bien se passer ».

4 - Ton point de vue sur la nouvelle génération ?

 

Je suis plein d’espoir avec les nouvelles générations. Les nouvelles générations sont décomplexées et elles ont bien raison. 

 

On détecte de plus en plus les surdoués. 

 

La proximité entre les jeunes générations et les surdoués, en termes de fonctionnement tribal, du rapport à l’autorité, rapport à la hiérarchie, envoyer chier la hiérarchie, sur les valeurs… Les surdoués sont extrêmement réactifs sur la trahison et les injustices, les jeunes aussi : ils ne vont pas dans une boîte si c’est du pétrole, si ça salit, si elles font travailler les enfants, … 

 

Il y a 20 ans, on n’avait pas ça. Il y a une forme d’accélération de traitement des processus pédagogiques, il faut aller très vite. 

 

Ces nouvelles générations qui arrivent aux commandes dans la société vont être beaucoup plus proches des surdoués.

 

On est en culture start-up : vous mettez des jeunes, des surdoués, zéro problème ! Et beaucoup de patrons de start-ups sont des surdoués

 

Donc j’ai beaucoup d’espoir.

Trouve un emploi avec Wan2bee

 

@wan2bee / @Images : Wan2bee